Le monument de la révolte de Bobâlna

La Révolte de Bobâlna (1437-1438) a éte le mouvement de révolte le plus important du royaume d’Hongrie avant la guerre paysanne menée par Gheorghe Doja. Sur la colline près du village, qui était la zone la plus élevée de la région, les rebelles ont installé un camp. Le révolte s’est répandu dans toute la Transylvanie, aussi la ville de Cluj rejoignant ce mouvement. Dans les premiers mois de 1439, la révolte fut vaincue, ses dirigeants étant exécutés à Turda. En mémoire de ceux qui se sont sacrifiés pour défendre les droits des habitants de cette région, un monument a été érigé sur la colline où se trouvait le camp rebelle.

La croix de Iancu de Mărișel

La croix de Iancu est un monument commémorant le sacrifice des habitants de Mărișel et des troupes dirigées par les hommes d’Avram Iancu lors des batailles du 12 mars et du 6 juillet 1849. En 1924, les frères Gavril, Ioan et Vasile Crișan ont érigé un premier monument, une croix de bois, à l’occasion du 100e anniversaire de la naissance d’Avram Iancu (1824-1872); cette croix a été remplacée par une croix en pierre qui, pendant l’administration Hortiste a été démontée et cachée dans le village. Après la restauration de l’administration roumaine en 1944, les habitants, avec les réservistes du bataillon Someș de Beliș, ont construit un nouveau crucifix à l’endroit où se trouvaient ces deux monuments. C’est devenu le lieu où, chaque année, les résidents de la région de Mărișel célèbrent leurs héros.

Le Point de la Mémoire Collective de Vad

Adresse: Rue Mănăstirii, no. 28, commune de Vad

Horaire: Lundi au Jeudi: 8h 15h, Vendredi: 8h 13h, Samedi et Dimanche: sur demande.

Téléphone: (004) 0766-650.312

E-mail: [email protected], [email protected]

Web: https://matterport.com/discover/space/JxHKc8Yi7kd

 Le Point de la Mémoire Collective est un centre culturel qui comprend une exposition du patrimoine et de la mémoire locale réalisée en collaboration avec la communauté locale, ainsi que des espaces pédagogiques où se dérouleront des activités culturelles et pédagogiques. Le concept de l’exposition se fonde sur l’utilisation d’éléments scénographiques qui, associés aux objets exposés et aux dispositifs multimédias, créent une atmosphère contemplative, tout en offrant aux visiteurs une expérience immersive dans la réalité culturelle et quotidienne de la commune de Vad.

En mettant en œuvre ce concept, l’objectif est d’immortaliser certaines coutumes et occupations disparues ou en passe de disparaître, comme la reproduction des moutons, le rassemblement du paysans le girage du blé, le fauchage traditionnel ainsi que d’autres traditions sociales et religieuses.

L’exposition occupe les trois salles du bâtiment, chaque salle illustrant un thème principal et plusieurs sous-thèmes qui décrivent la réalité culturelle et sociale de la commune de Cluj.

La première salle – S1 – a pour thème “Rythmes”. Le nom du thème met en évidence la présence du rythme dans tous les aspects de la vie rurale, trouvant une rythmicité dans les mouvements de la faux, les bruits de cloches des animaux, le pétrissage de la pâte, la traite des animaux, le battage du fer, la sculpture du bois, le tissage au métier à tisser, la musique folklorique et même le signe de la croix. Dans les citations affichées sur les murs de l’exposition les régionalismes sont accentués, justement pour mieux faire découvrir aux visiteurs l’atmosphère de cet endroit.

La salle centrale – S2 – a pour thème ” Le Régime du naturel” et accueille les installations artistiques de l’artiste Alex Mirutziu. Les œuvres sont exposées dans des caissons lumineux ancrés dans le plafond de la salle. A côté d’objets, des textes appartenant à l’artiste et des images pertinentes sont aussi diffusés à travers des caissons lumineux.

La salle S3, sur le thème  ”Entre deux mondes”, capture des aspects de l’enfance, présents et passés. Le thème est soutenu par sept objets donnés par sept enfants, objets représentatifs des préoccupations actuelles des enfants. Les informations historiques liées aux enfants et à l’enfance sont des témoignages recueillis auprès des villageois et représentés à travers des citations et des photographies.

Sur le porche du bâtiment se trouvent des dispositifs sensoriels olfactifs qui contribuent à dessiner le portrait olfactif de la commune. Actuellement, dans les dispositifs olfactifs on trouve : de l’encens, du thym, de la luzerne, du saucisson fumé ou de l’oignon  grillé.

Musée de la Pharmacie

Dans la municipalité de Cluj-Napoca, au sud de la Place Unirii, en 1954, le professeur Bologa de la Faculté de Médecine et de Pharmacie a fondé un musée: la Collection d’Histoire de la Pharmacie. Il est sous la coordination du Musée National d’Histoire de la Transylvanie et a le siège dans la plus ancienne pharmacie de Cluj, la maison Hintz. La première attestation documentaire de cet espace comme pharmacie remonte à 1573, le bâtiment appartenant entre 1863 et 1949 à la famille de pharmaciens Hintz.

Dans les dernières années, le bâtiment a fait l’objet d’importantes rénovations et agrandissements. La collection comprend environ 7 000 objets authentiques, présentant l’évolution de l’industrie pharmaceutique et de la médecine en Transylvanie. Les décorations pharmaceutiques uniques du XVIIIe siècle servent le fond pour présenter l’atmosphère d’une pharmacie traditionnelle. La grande majorité des objets exposés appartiennent à la collection d’objets du professeur Iuliu Orient (1869-1940) – meubles anciens des XVIIe-XIXe siècles, vases en bois et gravures.

L’espace muséal reproduit fidèlement la structure d’une pharmacie médiévale de la Transylvanie: l’Oficina, la salle où étaient vendus les médicaments, la salle des matériaux pour le stockage des matières premières et le laboratoire pour la production de médicaments utilisant différentes technologies.

Adresse: Piața Unirii (Place de l’Union), no. 28, Cluj-Napoca

Téléphone: (004) 0741-114.389, (004) 0264-593.814

Web: www.muzeulfarmaciei.mnit.ro

E-mail: [email protected], [email protected]

Horaire: mardi – dimanche de 10h à 18h

Château Bánffy de Răscruci, commune de Bonțida

Le château Bánffy de Răscruci, commune de Bonțida, a été construit à la fin du XVIIIe siècle et est inscrit sur la liste des monuments historiques de Roumanie depuis 2010, faisant partie du patrimoine du Conseil Départemental de Cluj. Le château a été construit dans un style néoclassique éclectique et il est entouré d’un parc. La forme actuelle du domaine de Răscruci est l’œuvre du baron Ádám Bánffy.

Le baron a étudié à Berlin et, en 1873, à Karlsbad, il rencontre certains menuisiers de Breinz (une région suisse célèbre pour ses ateliers de menuiserie) à qui il a pris des leçons pendant deux mois. Vers 1875, le baron a arrangé un atelier dans la grande salle du l’étage du château de Răscruci. Il réalise ici le plafond à caissons de la salle à manger, dans le style des lambris de la Renaissance allemande, pièces de mobilier, éléments de menuiserie du couloir central. Le baron Bánffy a réalisé dans son atelier du château des objets décoratifs en céramique et deux poêles en terre cuite à riche décoration plastique. Sur les caissons du plafond sont imprimés les armoiries des anciens propriétaires et les noms des personnalités les plus représentatives de l’histoire de l’Hongrie et de la Transylvanie. Au-dessus d’une porte est gravée l’inscription latine « Salus intratibus pax exeuntibus » (« Santé à ceux qui entrent, paix à ceux qui sortent »). Il réalise les lambris en bois et le parquet de la salle, le mobilier néo-Renaissance et, à l’hiver 1878-1879, le poêle en terre cuite à émail vert. Il semble que celle-ci aurait été réalisée d’après le modèle trouvé dans le salon de l’empereur François-Joseph. Sur les trois côtés de la partie supérieure du poêle sont sculptées des scènes représentant l’élection du meneur Arpad, la fondation de l’Hongrie et la réunion d’Ópusztaszer. Les trois scènes en relief au-dessus de la ceinture immortalisent la perte de la bataille de Mohács en 1526 par les Hongrois. Celui-ci a été exposé à l’Exposition universelle de Paris de 1900.

Entre les années 1885 et 1886, ont été construits les salle du  l’étage, le somptueux couloir central contenant l’escalier avec la balustrade en bois massif et l’éclairage du couloir avec des vitraux. En 1948, l’État a nationalisé ce château, entre 1967 et 2007, ici a fonctionné une école spéciale sous la Direction Générale de l’Assistance Sociale et de la Protection de l’Enfance de Cluj. Grâce à un vaste processus de restauration, qui a eu lieu entre 2021 et 2023, le château a retrouvé la gloire d’autrefois. Actuellement, l’édifice a été transformé dans un point de référence culturel, représentatif pour la Transylvanie, capable également d’accueillir des événements culturels et artistiques.

Maison traditionnelle de Sâncraiu

Au centre de la commune de Sâcraiu se trouve une maison traditionnelle de la communauté hongroise datant de 1870. Dans ses chambres sont organisées trois expositions thématiques destinés à présenter le trésor spécifique de la région :

  • chambre 1: collection d’assiettes peintes et autres objets en céramique;
  • chambre 2: atelier de sculpture sur bois;
  • chambre 3: chambre propre, spécifique au Pays de Călata: collection d’assiettes peintes, collection de costumes folkloriques, lit avec oreillers brodés, collection de couronnes, etc.

Téléphone: (004) 0745-637.352

E-mail: [email protected]

Web: www.davincze.ro/ro/contact/

Maison traditionnelle – Forteresse du hibou

En 1870, dans le village de Văleni, commune de Călățele, la famille Pandur a construit une maison d’une seule pièce, connue plus tard sous le nom de maison à une poutre. Dans les premières décennies du XXe siècle, la maison a été agrandie, en fusionnement au côté est une autre maison dans la position où elle se trouve encore aujourd’hui. Après 1981, la maison fut utilisée par les jeunes du village pour les rencontres pendant les vacances d’hiver, en appelent “Bagoly Vár” (Maison du Hibou). Actuellement, la propriété appartient à deux citoyens écossais qui ont fondé l’association – TARNAT- Kalotaszeg Durabil. Une partie de la maison est organisée comme un petit musée du village, où sont organisés des ateliers et des rencontres liés aux techniques traditionnelles de restauration des maisons anciennes.

Téléphone: (004) 0731-629.418

Facebook:  www.facebook.com/tarnatkalataszegdurabil

Le Musée Steampunk Transylvania

Adresse: Rue Stefan O. Iosif, no. 4, Cluj-Napoca

Téléphone: (004) 0364-737.247

Web: www.steampunk.ro

          www.facebook.com/steampunk.transylvania

Horaire: Lundi – Dimanche: 12h00 – 21h00

Steampunk Transylvania est le premier musée dédié à l’esthétique steampunk  d’Europe, qui attend les curieux pour découvrir les secrets de certains mondes qui jusqu’à présent ne pouvaient être trouvés que dans les livres de Jules Verne.

Futuriste et rétro à la fois, Steampunk est un genre vraiment unique car il combine l’esthétique et la technologie du XIXe siècle avec des éléments de science-fiction. Les œuvres littéraires et audiovisuelles basées sur ce concept se déroulent dans une réalité alternative où le progrès technologique n’est pas basé sur l’électricité mais sur la machine à vapeur.

Le musée s’étend sur deux étages, et une fois passé derrière le rideau, on entre dans un tout autre monde que d’habitude.Une partie du décor fait partie de la collection permanente, mais périodiquement, les administrateurs du musée se sont proposé de présenter également d’autres expositions.

Le Mémorial de Gherla

Adresse: Rue Cărămizilor, no. 2A, Gherla

Téléphone: (004) 0723-360.582

E-mail: [email protected]

Web: www.memorialulgherla.ro

          www.facebook.com/MemorialulGherla

Sur la carte du Goulag roumain, Gherla est l’un des lieux les plus importants. Des milliers de personnes, parmi lesquels des personnalités de l’élite roumaine de l’entre-deux-guerres, ont été emprisonnées, et certaines d’entre elles ont perdu la vie dans la prison de Gherla.

Pour honorer la mémoire de ceux qui ont souffert à Gherla pendant la période de détention politique, le père archevêque  et métropolite Andrei a pris l’initiative de construire un mémorial. En ce sens a été créée l’Association du Mémorial de Gherla et le Monastère des Saints 40 Martyrs a été créé pour inclure le complexe commémoratif. Il est érigé sur la coline Cărămidăriei près de la ville de Gherla, dans la zone où se trouvait une fosse commune où ont été jetés ceux qui ont perdu la vie en prison.

Le Complexe Muséal ”Andrei Bojor”, Mureșenii de Câmpie

Adresse: Mureșenii de Câmpie, commune de Palatca

Téléphone: (004) 0742-318.599

E-mail: [email protected]

Web: www.muzeulrefugiatilor.eu

Le complexe muséal cherche à faire revivre la mémoire du village traditionnel de la Transylvanie, par lequel il est reconnu: l’espace, la culture, le temps, les traditions et l’artisanat. Il s’agit d’un musée national des réfugiés et il se veut une unité culturelle nationale emblématique qui, étant centrée sur le réfugié roumain, vise à définir cet épisode de l’histoire nationale, tant d’un point de vue historique que social. Le bâtiment dispose de plusieurs salles, dont une grande salle d’exposition équipée pour l’organisation de certaines actions telles que: des colloques, symposiums séances de communication scientifique ou des réunions diverses de la Fédération Nationale des Réfugiés et un bureau servant également de salle de documentation. Le bâtiment a devant lui une esplanade de 60 m.c., ce qui permet l’organisation d’actions extérieures d’une plus grande importance.